Test Wingsland Scarlet Minivet

10
3076

Disponible depuis à peine quelques jours, nous avons eu la chance de pouvoir tester un nouveau drone de taille 450, le Wingsland Scarlet Minivet.

Totalement inconnue au bataillon, cette marque entend concurencer DJI et son phantom 2 vision. Pari tenu ? Nous allons voir ça.

Avant propos

Nous avons eu une des toutes premières machines disponibles et notre test se base donc sur une version de pré-série. Certains des reproches que nous pouvons émettre sur la machine on été remontés au constructeur afin qu’il puisse les prendre en compte et les régler rapidement (ce qu’ils nous ont assuré).

IMG_2637

Présentation

Le Wingsland Scarlet Minivet ne laisse pas indifférent. Son châssis Orange tape dans l’oeil, on aime ou on n’aime pas mais je trouve le design très réussi.

Autre particularité de cette machine, elle est équipée d’une nacelle stabilisée 3 axes et d’une caméra HD 1080p ce qui devrait nous permettre de faire de jolies vidéos.

Il est fourni avec un mini moniteur FPV qui permet de voir en temps réel ce que la caméra filme mais également de faire des réglages grâce à l’OSD intégré et à la radio commande.

Dans la boite on trouve donc :

  • Le Wingsland Scarlet Minivet avec sa caméra HD 1080p et la nacelle 3 axes
  • Une batterie « intelligente » 5000mah
  • Un chargeur
  • Une radio 2.4Ghz
  • Un moniteur FPV 5.8Ghz
  • 4 Hélices
  • Un manuel en anglais

IMG_2639

IMG_2641

La qualité de fabrication est très bonne, les plastiques sont de qualité et l’assemblage est bien fait. La machine pèse à peine plus d’un kilo en ordre de vol (avec batterie et nacelle 3 axes).

Le Wingsland Scarlet Minivet utilise des hélices de 10″ et des moteurs assez similaires à ce que l’on peut trouver sur un DJI phantom par exemple.

IMG_2648

La batterie 3S de 5000mah se charge en environ 1h et permet un temps de vol de 25 min selon le constructeur. Lors de nos tests nous n’avons cependant pas dépassé les 20 minutes ce qui reste tout à fait correct. Elle est munie de deux boutons afin de contrôler son état de charge et d’allumer le drone. Elle prend place dans la machine grâce à un rack comme sur le DJI Phantom ce qui permet de faciliter la connexion.

IMG_2652

Ce drone est équipé des capteurs habituels pour ce genre de machine, GPS, baromètre, … et offre donc certaines assistances au pilotage.

Prise en main

Le Wingsland Scarlet Minivet est facile à piloter. Etant plutôt destiné à la prise de vue, le constructeur a opté pour un réglage assez doux des commandes ce qui facilitera la vie aux plus novices. La machine est cependant assez réactive pour procurer du plaisir aux pilotes plus avertis.

La radio peut être configurée en mode 1 ou en mode 2, la manette des gaz fonctionne plus comme une manette d’altitude que comme une manette de gaz classique. En effet, contrairement à une radio standard, les gaz sont en position centrale par défaut, il faut donc la pousser vers le haut pour prendre de l’altitude et la baisser pour redescendre.

IMG_2643

Lorsque vous lachez les gaz, la machine conserve toute seule son altitude ce qui facilite grandement le pilotage.

Le GPS intégré permet de conserver sa position dans l’espace lorsque l’on ne touche à rien mais également de faire un retour au point de départ. Cette fonctionnalité marche très bien et la machine est capable d’attérrir sans encombre.

Le Wingsland Scarlet Minivet pourra aussi décider de se poser automatiquement si son niveau de batterie est trop faible. Par contre il se posera là où il est. On aurait préféré qu’il revienne tout seul au point de départ mais c’est déjà très pratique tant qu’on ne vole pas au dessus de l’eau 🙂

Partie vidéo

Le gros intérêt du Wingsland Scarlet Minivet réside dans sa caméra 1080p stabilisée par une nacelle brushless 3 axes. Un émetteur 5.8Ghz est intégré au module caméra ce qui permet de récupérer la vidéo en temps réel.

IMG_2649

La qualité vidéo est plutôt bonne et n’est pas très loin de celle d’une GoPro ou d’une Xiaomi Yi. La stabilisation faite par la nacelle est efficace et les plans que l’on obtient en sortie de caméra sont bien stabilisés. Il faudra néanmoins cadrer légèrement vers le bas si on veut éviter de voir les hélices dans le champ de la caméra.

Lors des rotations, la nacelle avait au départ tendance à perdre un peu l’horizontale mais suite à une recalibration, le problème a disparu.

La radio commande intègre un mini joystick sur l’arrière qui permet d’orienter verticalement la caméra. C’est très pratique et la position du joystick est bien choisie ce qui permet de la contrôler du bout des doigts.

Le seul point qui m’a un peu dérangé avec cette caméra est l’angle de vision. Le constructeur a choisi d’intégrer un très grand angle ce qui permet certes de voir beaucoup de choses, mais qui produit une forte déformation de l’image lors des rotations comme vous pourrez le voir dans la vidéo suivante. L’horizon est arrondi et sur certains plans c’est tout de même plutôt gênant.

FPV

Wingsland à eu la bonne idée d’intégrer un petit moniteur vidéo afin de pouvoir visualiser les images en temps réel. Bonne ? Pas si sûr car à l’utilisation ce moniteur montre très vite ses limites.

La taille tout d’abord est vraiment minuscule. On peut cadrer mais le confort est tout de même très limité. Deuxième erreur, ce moniteur ne dispose que d’une antenne intégrée qui en plus s’est montrée peut performante lors de nos tests. Dès que le drone s’éloigne de plus de 10-15m on perd l’image avec en prime un écran bleu 🙁

Contacté à ce sujet le constructeur nous a dit être en train de corriger ces problèmes et les machines devraient bientôt être livrées avec un moniteur sans écran bleu ainsi qu’avec un connecteur d’antenne externe afin de pouvoir augmenter la portée avec des antennes de qualité.

En attendant il est aussi tout à fait possible d’utiliser n’importe quel récepteur ou écran FPV avec le Wingsland Scarlet Minivet. Vous pouvez trouver ce genre d’équipement pour moins de 100€ et vous pourrez alors pleinement profiter des possibilités offertes par la machine.

C’est ce que nous avons fait lors de nos tests et dans ces conditions, la portée vidéo est tout à fait suffisante pour faire de la prise de vue.

Partie logicielle

Le site internet du Wingsland Scarlet Minivet (http://www.szsungreen.com) est encore un peu dépouillé et nous avons dû contacter le support afin de récupérer les logiciels de configuration et de mise à jour. Le point positif c’est qu’ils ont été charmants avec nous et nous ont fourni de la documentation ainsi qu’une mise à jour pour la machine.

A l’heure où j’écris ces lignes, ces éléments ne sont pas encore disponibles sur le site mais le support m’a assuré que le site allait être mis à jour très prochainement afin de  proposer le maximum d’informations aux futurs acheteurs.

Comme je vous le disais en avant propos, nous sommes parmi les premiers (au monde ^^) à avoir reçu cette machine, il est donc compréhensible que le fabricant ne soit pas encore totalement opérationnel sur ce point.

Les fonctionnalités

Plusieurs modes de vol sont proposés, un mode assisté (par défaut) qui permet de conserver une position et une altitude constante lorsque l’on ne sollicite pas les commandes et un mode manuel qui necessitera un peu plus de doigté.

La radio pemet également de déclencher un « retour à la maison » afin que le drone revienne tout seul à son point de départ et se pose. Très pratique lorsque l’on s’éloigne un peu trop et que l’on a du mal à s’orienter.

Le retour vidéo intègre un OSD (« On Screen Display ») qui permet d’ajuster les paramètres de la machine au niveau de la prise de vue. Le contrôle se fait à l’aide de deux interrupteurs présents sur la radio, l’ergonomie est assez simple et les options très nombreuses. On peut également voir l’état de la liaison GPS où encore le niveau de batterie.

1024

Une fonctionnalité appelée POI est également annoncée pour les prochaines mises à jour. Elle permettra de définir un point autour duquel le drone va tourner automatiquement tout en pointant la caméra dessus. Je suis impatient de voir ce que celà va pouvoir donner.

Conclusion

Pour son arrivée sur le marché, le Wingsland Scarlet Minivet promet beaucoup. Même si la machine se montre saine et bien conçue, quelques petites erreurs de jeunesse viennent tout de même un peu entâcher le bilan.

On a aimé son look, son comportement en vol et les vidéos produites sont tout de même très satisfaisantes.

Un autre point positif est la disponibilité de nombreuses pièces de rechange à un prix très compétitif. Par exemple un châssis de remplacement vous coûtera 20€, un moteur 14€, …

Des batteries supplémentaires sont également disponibles pour un peu moins de 70€.

Par contre le moniteur FPV inclus a une utilité très discutable et il faudra prévoir pour l’instant un autre moyen d’afficher le flux vidéo pour voler dans de bonnes conditions.

On peut trouver le Wingsland Scarlet Minivet pour environ 550€ chez Banggood. Il est donc bien moins cher que son concurrent de chez DJI le Phantom 2 vision.

Pour ceux qui seraient interessés, vous pouvez bénéficier en ce moment de 44€ de réduction en utilisant le code promo Scarlet.

Même si sur le papier le Wingsland est donc intéressant, il sera tout de même difficile de détroner le DJI Phantom qui bénéficie toujours d’une très grande popularité et d’une communauté d’utilisateurs très actifs.

Wingsland Scarlet Minivet  - 553€
Wingsland Scarlet Minivet – 558€

 

10 COMMENTS

  1. C’est un bel engin. À un prix qui fais qu’on se demande pourquoi en faire un de toutes pièces !
    Mais aucun détail sur l’enregistrement HD, ou la qualité de la nacelle ?
    Et… Pourquoi pas, sur une lentille amovible ( car oui le fish eye est vraiment exagéré).

    Des nouvelles par rapport au modèle de production ?

    PS: chouette test. Et chouette site, très bonne qualité d’écriture !!

  2. Bonjour, je viens de le recevoir ce soir. Après chargement de la batterie plusieurs surprises :
    PAS de réception FPV sur le mini écran. J’ai eu beau chercher sur les 8 canaux : RIEN.
    Ensuite, je cherche à faire la mise à jour du firmware, mais il n’y a rien d’indiqué sur la marche à suivre. Je devine qu’il faut utiliser le connecteur USB intérieur au drone, ouvert, mais une fois connecté, et les fichiers téléchargés, et bien je ne vois pas quoi faire. Faut il copier les fichiers sur une carte micro SD, puis l’insérer dans le slot de la caméra ? Quelle est la procédure ?

  3. concernant le firmware c’est bon, la notice est sur la doc en ligne. Mais dans les mauvaises surprises il y a donc :
    -pas de réception sur l’écran FPV
    -batterie toujours allumée : le drone s’allume dès le branchement
    -le gimbal de la caméra est stable à l’allumage, puis devient fou au bout de 30 secondes.
    inutilisable !

  4. Non c’est pas bon pour le firmware : j’ai téléchargé tous les fichiers que j’ai pu trouver, mais il n’y a PAS de fichier correspondant à un exe pour le drone. j’ai un exe concernant le gimbal de la caméra, celui-ci fontionne, reconnait bien l’USB de la caméra, mais lorsqu’il demande un fichier : aucun fichier ne semble apparaitre. Rien ne correspond à rien, en fait.

  5. Firmware finalement mis à jour, drone et caméra… et c’est pire :
    -le gimbal est maintenant perdu, il semble complètement déconnecté
    -le drone lui même ne fait plus la calibration du compas
    -GPS : jamais eu le moindre signe, led bleue touours clignote
    -stabilité en vol : NUL, drone quasiment incontrollable.
    A noter aussi qu’il faut resserrer constamment les trucs des hélices, sous peine d’en perdre une en plein vol, et de perdre avec le boulon.
    Peut être est-ce du au transport, peut être y’a t’il eu quelque chose de cassé en interne, mais ce produit ressemble à un fake compllet.
    Verdict pour moi : Pas de drone avant l’été 2016 donc.
    ( plus le fait qu’à … )

  6. La machine est jolie d’apparence.Cependant:
    L’explicatif en anglais est plutôt très restrictif,la qualité de l’image pas vraiment bonne,déjà du fait de la taille du monitor.
    Autre problème que je trouve plus embêtant,le temps de vol.Il est indiqué 25 min de vol possible,cependant je n’ai jamais dépassé un quart d’heure avec cet accu de 5200mah quand même.
    Avec encore 2 leds allumées sur l’accu,la fin de vol est imminente.
    Et comme dit plus haut,l’accu est constamment sous tension,et le drone s’allume dès son insertion dans son compartiment.Donc les deux boutons triangle à pousser sont à moitié inutiles pour moi. 🙁

  7. Hi PapyMaurice. I love you articles. Hoping you’d be interested in our new drone Salex which will be released next year. I’ve told sebydocky about it too i follow both of your websites. check out dronesalex.com we are we proud of it 🙂

LEAVE A REPLY