Monter une caméra sur un drone

5
11811

Une très grande majorité d’utilisateurs de drones et de multicoptères veulent installer une caméra sur leur joujou. Parfois pour de la prise de vue aérienne, parfois pour du FPV, parfois pour les deux.
Si vous ne connaissez pas le terme FPV (First Person View), celà consiste à piloter votre appareil à l’aide d’un retour vidéo en temps réel sur un écran ou des lunettes plutôt qu’en le regardant de l’extérieur. Tentant non ?

Dans tout les cas il existe des solutions adaptées au besoins de chacun, nous allons ici les détailler.

Le montage en direct
Ici rien de plus simple. Vous fixez simplement votre caméra à l’aide de scratch, de scotch, de colle, tout dépend de la machine. Certains châssis sont parfois équipés de fixations pour les caissons étanches type GoPro, ou de barres permettant de suspendre un petit support prévu.
Cette solution est plutôt destinée à du FPV ou de la vidéo occasionnelle.

Avantages
– Léger
– Pratiquement aucun frais

Inconvénients
– Tout les mouvements du drone sont visibles à l’image
– Nécessite de piloter calmement si on veut pouvoir exploiter les vidéos

Les nacelles de stabilisation
Les nacelles (gimbal en anglais), sont de plus en plus rependues. Il existe énormément de modèles de qualité très variable, pour des mini caméra de modélisme, des camescopes DV, des appareils photo reflex (DSLR), …
Deux grands types se dégagent tout de même.

Les nacelles à servo moteur
montage final
Ces nacelles sont généralement de petite taille, elles embarquent des petites caméra de modélisme mais aussi d’autres mini caméra (équivalent GoPro).

Avantages
– Relativement léger
– Assez bonne stabilisation de l’image
– Peut être piloté directement par bon nombre de contrôleurs de vol

Inconvénients
– Mouvements assez limités
– Manque légèrement de fluidité dans la stabilisation

Les nacelles brushless
398750_300
Brushless-Gimbal-Camera
Là on rentre dans la cour des grands. Les plus petites embarquent une caméra format GoPro, les grandes des appareils reflex.

Avantages
– Stabilisation impeccable, mouvements ultra fluides
– Liberté de mouvement (possibilité de cadrer ce que l’on filme sans avoir besoin de bouger le drone)
– Silencieux

Inconvénients
– Nécessite une carte de stabilisation dédiée
– Prix assez élevé
– Poids

IMPORTANT
Quelle que soit la méthode de fixation choisie, il est impératif de bien équilibrer vos hélices (on dit aussi les balancer de l’anglais balance). Si elles ne le sont pas, elles vont créer des vibrations haute fréquence dans votre châssis et perturber le capteur de votre caméra déformant l’image de manière plus ou moins gênante.
Certaines nacelles disposent d’un système de fixation sur patins de caoutchouc pour limiter la casse mais dans tout les cas, le résultat sera largement meilleur en équilibrant vos hélices.
Vous êtes prévenu !

Un dossier les différentes méthodes pour balancer les hélices arrivera dans quelques semaines, patience …

5 COMMENTS

  1. Bonjour,

    Cette question est toujours d’actualité pour moi en 2017. Je voudrais monter un APN baroudeur sur un drone pour faire des photos mais aussi une-deux video. les nikon AW120 (j’en ai un) et consors font ca très bien. Ils ont un zoom, GPS et WIFI. Je n’ai pas besoin de racheter une gopro (en plus j’ai des grosses mains ;-). Pour le drone il me faut un modèle de classe 450. OK. Il y a un vieux modèle en fin de vie qui est bradé à 400Eur. Le Ghost+ de TTR avec soi-disant 900g de payload. Bien.
    Par contre, il y 20 modèles de Gimbal pour GoPro et une (allez…deux) pour APN. Je suis électronicien et je sais très bien que 3 Brushless/contrôleur ca ne coute pas 300 Eur et plus. Pour un pro, pas de problème (pour moi non plus en fait), c’est juste que je trouve que c’est une arnaque/trop cher pour un hobby qui ne me rapporte pas un rond. Alors il faut se démerder et utiliser une nacelle 2 axes avec des servos. Et là… c’est pas facile de trouver un contrôleur servo car tt le monde est en Brushless. J’attends donc…Si vous avez de idées, peut etre chez un fablab?

LEAVE A REPLY