Étanchéifier un drone

1
2285

La pluie est là, le temps est humide et vous vous languissez de voler en extérieur avec vos bolides à quatre hélices. Il est bien connu qu’électronique et humidité ne font pas bon ménage, surtout si les entrailles de votre drone sont à l’air.
Fort heureusement, il existe une solution à ce souci, pour pouvoir voler en toute liberté, et par tout temps ! C’est justement la raison d’être de ce tuto.
Petite mise en garde :
Il ne s’agit pas ici de rendre votre drone amphibie ou complètement étanche, le but est de protéger les composants les plus sensibles contre une forte humidité, voir quelques gouttes de pluie. En gros, si vous voulez vous poser dans l’herbe mouillée sans craindre un court-circuit de la mort, ce tuto est pour vous. Si vous voulez explorer l’étang du coin en mode FPV sous-marin, passez votre chemin !

 

LES PRÉ-REQUIS :

Le matériel :
⦁    Vernis de tropicalisation
⦁    Eau déminéralisée (1L suffira)
⦁    Une brosse neuve (à dents par exemple)
⦁    Pistolet à colle et colle à pistolet

La clé de ce tuto est le vernis de tropicalisation. Il en existe de plusieurs marques. Vous pouvez choisir n’importe lequel, tant qu’il respecte ces critères : isolant, résistant à l’humidité, thermosoudable (pour vous permettre de refaire une soudure a posteriori). Le prix varie de 13 € à 25 € les 500 ml en général.

⦁    Préparation
Avant de tout asperger avec votre spray de vernis, il faudra nettoyer minutieusement les parties à vernir. Il va donc falloir démonter votre engin, puis nettoyer le contrôleur de vol et tout autre circuit électrique à l’aide du combo brosse à dents + eau déminéralisée.
Il est bien évident qu’il faut faire cela quand le drone est hors tension !
Pourquoi de l’eau déminéralisée ? Pour éviter d’arroser votre électronique avec des cochonneries qui pourraient se trouver dans l’eau du robinet.

Le but de la manœuvre est de nettoyer les saletés qui pourraient trôner sur les composants électroniques (terre, poussière, jus d’herbe…). Une fois le nettoyage effectué et les composants séchés, le vernis tiendra bien mieux sur ces derniers.

N’hésitez pas à bien mouiller la brosse que vous utilisez, mais une fois l’opération terminée pensez à bien sécher tous les composants ! J’ai utilisé le décapeur thermique que j’utilise pour chauffer les gaines thermo rétractables. Un sèche-cheveux doit tout aussi bien faire l’affaire.

⦁    Vernissage
Une fois les composants secs, vous pouvez appliquer le vernis en spray. Suivez les instructions de la bouteille concernant le nombre de couches et les modalités d’application.

Attention ! Protégez les connecteurs, notamment le port USB de votre contrôleur de vol et tous les autres port du contrôleur de vol, de la caméra, etc etc. La plupart des vernis étant isolants, vous risqueriez de ne plus pouvoir brancher votre quad à l’ordinateur…
Personnellement, j’ai utilisé du scotch pour la protection des connecteurs.

Vous pouvez appliquer plusieurs couches de vernis selon les consignes d’utilisation notés sur la bouteille. Respectez bien les temps de séchage (30 minutes entre chaque couche, 12h pour un séchage total dans mon cas).

A noter : pas besoin de verniR les moteurs. Ils sont étanches de base.

⦁    Protection des ESC
Les ESC n’aiment pas l’humidité, vu les forts courants qui y transitent. En plus du vernis, j’ai rempli les extrémités des gaines thermo avec mon pistolet à colle. On est jamais trop prudent… Et puis ça donne aux ESC des airs d’éclairs au chocolat, enfin d’éclairs à la colle. Miam.

Avant

IMG_20170207_124709

Après

IMG_20170207_124940
⦁    Séchage
Laissez bien sécher l’ensemble pendant minimum 12 heures ! Patience est mère de sûreté 😉

⦁    Le test !
J’ai fait deux sorties en FPV sous la pluie, avec plusieurs atterrissages dans  l’herbe trempée. Mon ZMR250 n’a pas bronché ! Il y avait des gouttes d’eau sur la FC.

 

IMG_20170207_132635

⦁    Remarques importantes !
Je rappelle le but du test : assurer le bon fonctionnement et la bonne conservation du matériel en conditions humides. Vous aurez sans doute remarqué que je n’ai pas parlé de la lipo dans ce tuto.
Il y a une bonne raison : de base, les cellules des lipo sont étanches. Et oui, sinon les produits chimiques qu’elle contient partiraient en flammes. Les éventuels problèmes peuvent être les suivants :
⦁    Infiltration d’eau entre les cellules, qui pourraient causer une oxydation à long terme du pack. Dans notre cas, on ne prévoit pas d’immerger la batterie donc très peu de risques a priori. Si toutefois la batterie est immergée, on la laissera sécher longtemps.
⦁    Infiltration d’eau dans les connecteurs. Là encore, très peu de risque de court-circuit lié à la pluie, le risque le plus important serait la rouille des connecteurs, mais si vous les séchez après la sortie, vous ne devriez pas rencontrer de problèmes.

Ceci dit, rien ne vous empêche, par mesure de précaution, de protéger votre lipo en la mettant dans un ballon de baudruche fermé par un serre-fil par exemple. J’ai choisi de ne pas le faire, pour la science.

⦁    Conclusion
Il est donc assez facile de protéger votre drone contre l’humidité, moyennant un démontage complet de la bête. C’est peu cher (une vingtaine d’euros de vernis), et éprouvé par un paquet de personnes sur les différents forums !

D’ailleurs n’hésitez pas à partager vos expérience sur le forum du site : https://www.mondrone.net/forums/

J’ai publié cet article mais tout le travail, les manipulations, les essais et la rédaction de l’article, a été fait par @jibzz

Un grand merci pour sa participation et son enthousiasme 😉

 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY