Introduction

Les courses de drones faisaient déjà couler l’encre il y a un an. Fin juin 2015 Le Monde synthétisait avec brio le paysage d’alors et PapyMaurice vous pressait ici de vous organiser!

Un an après, le sport a beaucoup avancé sur certains sujets, comme la professionnalisation des pilotes, la médiatisation, la technique de course pure et dure (la vitesse moyenne des courses a fait un bond fulgurant, la maîtrise des pilotes aussi)… d’autres aspects comme l’accueil du public restent toujours à peaufiner. Quoiqu’il en soit le mouvement est parti et qu’on vous parle d’an 0, 1 ou 2, il s’agit avant tout d’une période foutoirement passionnante.

On s’intéressera ici aux scènes américaines et françaises. Que vous ayez envie de vous y mettre depuis longtemps ou juste de vous tenir au courant des acteurs , des règles ou de l’agenda ; on vous souhaite une bonne lecture.

Note : question sémantique et éléments de langage, le terme drone racing s’est imposé largement aux Etats-Unis, ici on vous parlera surtout course de drones pour faire plaisir à Molière.

Rapide historique de la course de drone

On ne va pas s’attarder ici pour savoir qui détient la paternité du sport : des technologies disponibles à un moment donné, des groupes d’amis & grands enfants qui rêvent du pod racing façon Star Wars, à Argonnay, en Australie, aux Etats-Unis… Bref en 2014 l’idée du sport se matérialise vraiment.

Les groupes se structurent rapidement et la première course d’envergure mondiale a lieu en France à Chartres en juin 2015 : la FPV Race 28 avec 100 pilotes.
Les organisateurs US rentrent de France à la maison et organisent dans la foulée les US National Drone Racing Championships en juillet 2015 à Sacramento en Californie.
Les financements sont trouvés plus rapidement aux Etats-Unis et les premières grandes structures peaufinent l’organisation et la couverture médiatique. En février 2016 l’IDRA organise le superbement produit World Prix à Dubaï, avec une cagnotte de plusieurs centaines de milliers de dollars, tandis que la DRL inonde la toile de vidéos de ses qualifications au stade de Miami.
La plate-forme de courses MultiGP prend de l’ampleur, aux US et dans le monde, pendant qu’en France se tient le très réussi FPV Airshow à Pourrières en mai, avec 200 pilotes, et qualifications pour les mondiaux de la DSA, à venir, en octobre à Hawaï (et de l’Eurocup de l’ERSA cf. ci-dessous) ; et que d’autres ligues nationales font de même (les championnats d’Italie, de Belgique…)

12896113_h400race_6__11_of_34_.0.0

Structures officielles et avenir du sport

Logos

Les courses évoquées jusqu’ici ont eu grosso modo l’officialité qu’elles voulaient bien s’attribuer, mais le patron de l’aéromodélisme mondial, la CIAM a relevé ses manches il y a peu dans le but d’instaurer une structure de compétitions agréées : http://www.fai.org/news/41414-common-fai-strategy-for-drones .

Pour un panorama plus détaillé des structures américaines (et surtout un glossaire de ce tas d’acronymes), parce que ce sont elles qui ont préempté le terme de « mondiaux officiels » jusqu’à présent, jetez un œil là : http://raceflight.net/drone-racing

En France, la FFAM, qui est affiliée à la CIAM – par l’intermédiaire du représentant national de la FAI, l’Aéro-Club de France – a déjà chapeauté les courses de la FPV Race 28 et du FPV Airshow et prépare le premier vrai championnat national de course de drones pour 2017 : vous entendez parler de 2016 comme l’an 1 du sport. Elle a par ailleurs adoubé la plate-forme Rotormatch pour la publication des courses.

La Fédération Aéronautique Internationale, maman de la CIAM, a d’autre part reconnu l’ERSA comme apte à préparer la première coupe européenne en 2016-2017.

Au niveau mondial, les premiers championnats du monde officiels 100% vrai de vrai ne sont pas prévus avant 2017 voire 2018… (!)
Est-ce que d’ici là les mondiaux des groupes privés n’auront pas eu un succès tel qu’ils ne prendront pas de court la FAI et seront reconnus définitivement officiels par cette dernière, mystère.

Ce fatras d’officiels n’est toutefois pas près d’éteindre la myriade de compétitions amateures qui bourgeonnent un peu partout dans le monde, des milliers de groupes de sympathisants – qu’ils se rencontrent sur MonDrone.net ou ailleurs – qui s’organisent des courses à l’arrache …  et permettent au plus grand nombre de s’initier au sport !

Cadres réglementaires français et international

Il faut distinguer plusieurs choses. En France par exemple :
– La DGAC est l’autorité en charge de la réglementation du secteur économique des drones. Elle influe aussi sur les compétitions via la Commission de l’aviation légère et sportive.
– La FFAM contrôle l’organisation des courses officielles et les règles sportives.

Le but n’est pas de s’étendre aujourd’hui sur la réglementation des drones, simplement sur les règles sportives majeures des courses. Et comme le paysage des acteurs du monde des courses de drones, celui des règles est assez fragmenté, pour l’instant, question traçé du parcours, ou obstacles, système de chronos, fréquences FPV, LEDs(les « dossards » en quelque sorte), classement des pilotes, étapes des compétitions…

La FAI donc la FFAM ont publié leurs règles de course.
Niveau quad : 330mm maximum pour la diagonale moteur-moteur, 1kg maximum, hélices de 6 pouces maximum, tension au départ de 17 volts (4s) maximum, immatriculation obligatoire. Toutefois pas de mention des fréquences/puissances pour la transmission vidéo, ni des normes pour les LEDs.
On y trouve aussi les impératifs liés au circuit et au déroulé des compétitions.

Et donc pas de surprise : pour pouvoir participer aux compétitions officielles il vous faudra souscrire à une license FFAM, voire FAI pour les courses à caractère international.

L’organisation MultiGP a des règles assez similaires mais un peu différentes : http://www.multigp.com/page/FPV-racing-classes
La DSA aussi : http://dronenationals.com/rules/http://droneworlds.com/registration/rules/

Racetrack Final

Oscar Liang va même jusqu’à dessiner un circuit type  pour les amateurs : https://oscarliang.com/mini-quad-racing-guide

Au niveau FPV le standard de-facto est la Raceband avec une puissance qui peut aller de 25mW à 200mW.

Actualités des courses à venir

Le plus important !

Ete 2016
Structure mondiale (axée US) et agenda à court-terme

Au niveau mondial :

En Europe : Eurocup par l’ERSA en 2016 donc

En France :

  • le Trophée de France dans quelques semaines à Rochefort, agréé par la FFAM et qui aura valeur pour le championnat de France 2017
  • une course-démonstration organisée par l’ERSA sur les Champs-Elysées à Paris le 4 septembre – http://www.ersa.eu.com/#!blank-2/fbsq6
  • la FPV Race 28 mi-septembre à Mignières en Eure-et-Loir, idem agrée FFAM donne des points pour plus tard. Inscriptions à partir du 27 juillet !

Sujet assez sensible à évolution pour finir, et les courses que j’aurai évidemment oubliées (côté breton les Breizh races non ?) seront rajoutées au fur et à mesure de vos commentaires et de nos découvertes. J’espère déjà vous avoir donné des billes pour savoir où vous inscrire.

Bons vols !

maxresdefault
Ce que ça risque de donner la tête dans le guidon^^

7 COMMENTS

  1. tres bon article, juste une petite correction, la ffam n a strictement rien fait ormis me planter des couteaux dans le dos ou m insulter au téléphone,dans l organisation du fpv air show. ils n etait ni presents, ni représentés, des vrais mauvais, à la hauteur de leur réputation

    • Oui pour l’instant les fédés « sanctionnent » surtout. On verra si elles s’impliqueront plus dans l’orga ou continueront simplement à introniser les passionnés ayant mis la main à la pâte depuis le début, en bons technocrates qu’elles sont.
      C’est la bonne vieille réactivité des petits contre l’inertie des mastodontes…
      Cependant j’ai eu au téléphone pour la rédaction de cet article des gens de l ACF et de la FFAM supers.

      • Normal mon p’tit bonhomme 😉
        Oui c’est vrai qu’un rapide tour des teams en place serait sympa.
        Mais c’est du boulot pas vrai?!
        Tu te déplaces du coup à la FPV Race?

        • Ben peut-être qu’un autre article est en préparation sur le freestyle, il y aura peut être un passage teams pour compléter.

          J’y vais sûr, après est-ce que ça sera en tant que pilote ou spectateur…

          • Dans tout les cas j’y serais en touriste, faut encore que j’améliore un peu le pilotage, et accessoirement la machine…
            C’est en prépa d’ailleurs, surement un nouveau quad + amélioration de mon actuel ZMR

LEAVE A REPLY