A la suite de notre premier test du Bebop (sans le Skycontroller) nous avons souhaité aller plus loin et explorer tout le potentiel de cette machine.

Nous avons eu la chance de pouvoir mettre la main sur un Bebop accompagné cette fois de son Skycontroller afin de le tester en détail et de voir les avantages de cette version plus haut de gamme.

Déballage

La pack Bebop + Skycontroller est imposant. Ca faisait longtemps que je n’avais pas reçu un paquet si gros.

A l’intérieur de la boite on retrouve :

  • Le Bebop
  • Le Skycontroller
  • Une blackbox (en deux parties) à monter sur une tablette
  • un protège lentille pour la caméra
  • 4 batteries
  • 1 chargeur compatible avec les normes électriques du monde entier (pratique pour les voyageurs)
  • 1 câble micro usb
  • des carènes pour le vol en intérieur
  • 4 hélices de rechange
  • 1 outil pour monter les hélices
  • 1 manuel

Le pack est très bien fournit et la présence de la blackbox est une très bonne idée. L’idéal est d’utiliser une tablette 9 ou 10 pouces qui se placera parfaitement au centre du Skycontroller.

Premier vol avec le Skycontroller

Lorsque l’on contrôle le Bebop à l’aide d’une tablette ou d’un smartphone, il n’est pas rare de perdre la connexion au drone dès que l’on s’éloigne un peu trop. De même la liaison vidéo se dégrade à mesure que l’on s’éloigne.

Le Skycontroller va t’il changer la donne ?

IMG_2047

Pour connecter tout ce beau petit monde rien de très compliqué. Une fois le Bebop et le Skycontroller allumé il faut se connecter avec votre tablette en wifi sur le Skycontroller.

On lance ensuite l’application FreeFlight 3 et une fois connecté au Skycontroller il faut aller dans la configuration wifi et se connecter au réseau wifi du Bebop.

A noter que l’application FreeFlight 3 est parfois un peu capricieuse et ne détecte pas toujours le Bebop ou le Skycontroller. Ce problème est apparu plus ou moins fréquemment en fonction du smartphone ou de la tablette utilisée mais nous avons toujours fini par nous connecter.

Nous voilà prêts à décoller.

Une fois la machine en l’air, l’utilisation des joysticks ajoute un réel plus. Le Bebop répond au doigt et à l’oeil et la précision des commandes permet de prendre de jolies trajectoires.

J’ai augmenté l’agressivité du Bebop dans la paramètres de FrefFlight 3 et il prends pas mal de vitesse. On s’amuse beaucoup sans risquer le crash car l’assistance au pilotage est là pour rattraper les erreurs.

En plus des joysticks, le Skycontroller dispose de nombreux boutons pour orienter la caméra, prendre des photos, déclencher la vidéo, ou encore lancer le « retour à la maison », c’est très pratique et ça évite de devoir utiliser la tablette pour ce genre de fonctionnalités.

IMG_2050

L’augmentation de la portée est vraiment significative. Grâce au Skycontroller on peut s’éloigner jusqu’à perde pratiquement de vue le Bebop sans avoir de coupure. Je n’ai d’ailleurs pas subit une seule coupure durant les vols de test. Un très bon point.

On peut donc voler confortablement sans stress, une belle réussite !

Vidéo

La liaison vidéo aussi est bien meilleure, Le flux est fluide et ne souffre pas de coupure. La qualité d’image est assez bonne et pas trop pixélisée.

La latence est cependant un peu élevée et il me semble un peu compliqué de faire du FPV sportif avec cette machine.

Par contre à vitesse raisonnable ou dans une optique de prise de vue, le Bebop se montre très convainquant. En installant la blackbox sur notre tablette 10″ nous avons un système efficace pour pouvoir cadrer nos prises de vue où nous prendre pour un oiseau.

 

Conclusion

J’avais déjà beaucoup aimé le Bebop seul, la version avec Skycontroller m’a enchanté. L’augmentation de la portée et la qualité du Skycontroller permettent de vraiment piloter le Bebop du bout des doigts.

Quelques petits défauts sont tout de même à noter comme la difficulté de connecter parfois l’application au drone ou la qualité vidéo qui est par moment un peu limite en fonction des conditions (contre-jour, rotations, stabilisation numérique).

Cependant on a déjà affaire à un très bon niveau de prestations et la majorité des petits défauts de jeunesse que l’on peut voir aujourd’hui pourront être corrigés dans les prochaines semaines à l’occasion de nouvelles mises à jour.

Parrot est d’ailleurs très réactif à ce sujet et plusieurs mises à jour ont déjà été proposées depuis la sortie du Bebop.

Vous pouvez trouver le Bebop avec le Skycontroller pour un peu moins de 900€ :
Voir le Bebop sur Amazon

 

Pour compléter ce test j’ai fait tester le Bebop à un ami qui est totalement novice en matière de drones.

Vous pouvez retrouver ces impressions ici : Parrot Bebop : l’avis d’un néophyte

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY