Le Crusader GT2 150 de Diatone est un mini quadricoptère de classe 150. La machine veut se positionner sur un segment milieu-haut de gamme, nous allons donc voir ce qu’il en est !

Caractéristiques

Le Crusader GT2 150 est équipé d’un châssis de forme X en carbone de 3 mm d’épaisseur. La finition est d’ailleurs assez impressionnante, le carbone étant recouvert d’un vernis, et le dessous des bras est estampillé de la marque « Crusader » !

Frame estampillée « Crusader »

Le design est original, avec un « capot » en aluminium qui bascule en enlevant seulement deux vis. Très pratique pour accéder à l’électronique sans avoir à démonter tout l’engin !

Pour ce qui est de l’électronique, Diatone a équipé la machine des composants suivant :

  • ESC 20A BLHeli-S, compatibles 4S
  • Contrôleur de vol D-Link F3 avec OSD Betaflight intégré
  • Moteurs D-Silver 1408 4000 KV
  • Caméra FPV HS1177
  • VTX Diatone SP3

Le tout flashé en sortie d’usine sous Betaflight 3.1, avec OSD configuré. Il ne reste plus qu’à ajouter un récepteur, une lipo et l’engin est prêt à voler !

Dans la boîte

Le packaging est très soigné, beaucoup de pièces de rechange sont fournies, et on trouve même une antenne cloverleaf 5.8GHz de type Aomway fournie avec !

Il ne vous manque plus que la batterie, et la partie radio/récepteur pour faire voler l’engin. J’ai été surpris par le nombre de pièces de rechange fournies : vis, écrous, câbles, connecteurs, straps, et même 4 barres de LEDs !

Premier vol

J’ai beaucoup galéré avant de pouvoir faire voler la machine : Betaflight ne voulait pas sauvegarder les réglages du récepteur radio (un XM+ de FrSky). Après m’être arraché les cheveux sur le problème, j’ai enfin réussi à obtenir une configuration convenable et stable et j’ai pu tester le Crusader en vol.

En utilisant une batterie 1000 mAh en 4S, avec les rates et PID de base, l’appareil est très nerveux mais toutefois agréable à piloter. J’ai cependant noté qu’il galérait à la reprise après une chute libre ou dans les virages secs : des vibrations se font ressentir.

En troquant les hélices de base, très souples, contre des Racekraft 3041 beaucoup plus rigides, le problème a disparu complètement.

Impressions à long terme

Après quelques semaines d’utilisation, le Crusader s’apprivoise très bien. Il s’est pris quelques crashs, comme tout bon quadricoptère de course qui se respecte, mais rien n’a bougé ! Seul bémol, lors des crash dans l’herbe bien verte, la caméra devient vite inutilisable car recouverte de jus d’herbe coupée… Il faudrait inverser le sens de rotation des moteurs pour y remédier.

A plein gaz en 4S il décolle comme une petite fusée, il faut en revanche bien anticiper la reprise après une chute libre. Cela fait un changement assez important si vous avez l’habitude de piloter des machines plus grosses, en 210 par exemple, mais rien d’insurmontable !

Conclusions

Le Crusader GT2 150 est donc une petite machine très réactive et fun à piloter ! Cependant son prix le positionne sur un segment de marché délicat, car la concurrence est rude… Ci-dessous, un petit résumé subjectif de ses forces et faiblesses :

Les plus :

  • Qualité générale des composants et de l’assemblage
  • Certaines pièces de rechange sont fournies
  • Bon VTX, puissant et paramétrable
  • Bonnes performances en vol
  • Le design du châssis est pratique avec son « capot »
  • L’ensemble paraît bien robuste

Les moins :

  • Pas possible de mettre à jour Betaflight sous peine d’incomptabilité des ESC
  • Les hélices d’origine sont très souples et rendent le pilotage hasardeux
  • Le prix !
Le Crusader GT2 150 est disponible sur Banggood pour 212 € (hors port et taxes)