Parrot Bebop : l’avis d’un néophyte

Parrot Bebop : l’avis d’un néophyte

3
2798

Je tiens à préciser que mon expérience avec les drones est nulle ou presque. Ami de PapyMaurice depuis des années, je mentirais si je vous soutenais que je n’ai jamais eu un de ces petits bijoux de technologie en main mais cela n’a jamais duré plus de quelques secondes. Je ne suis pas doué pour cela et/ou je n’ai pas assez l’occasion de pratiquer pour évoluer. Mais revenons à nos moutons ou plutôt à notre drone Bebop…

Rendez-vous est donné, il faut se lever tôt… C’est toute une expédition que nous préparons 🙂 Nous avons un bon nombre de machines volantes prêtes pour un petit vol d’essai. Des quadricopters, des tricopters, un quad de course FPV, et bien sûr le Parot rouge et noir.

Retrouvez aussi notre test complet du Bebop avec le Skycontroller.

Test avec tablette tactile

Voilà le moment d’allumer le Bebop, ce petit bruit d’armement des moteurs annonce les prémices d’un moment mémorable. Le drone de Parrot est en position, j’ai une tablette entre les mains avec le logiciel Free Flight 3 lancé. Tout est connecté par Wifi relativement facilement. Il est arrivé que la connexion échoue et qu’on doive redémarrer le drone mais je pense que nous étions trop pressés, l’initialisation du Wifi prenant un peu de temps.

Ça y est, je pose le doigt sur l’icône « Take off » (décollage), le Bebop s’élève rapidement à environ 1 mètre de hauteur. Il garde plutôt bien sa position ; il y a pourtant un peu de vent.

Screenshot_2015-02-22-19-33-38

Je prends en main les différentes commandes (4 en tout) en quelques secondes. De suite, je me sens à l’aise avec la « bête », elle répond à mes commandes de manière impeccable et je la mène à la baguette. Il s’élève, il vire à gauche, file tout droit et tourne sur lui-même pour enfin revenir vers moi. Je n’ai eu aucune difficulté à le piloter. Un peu comme le premier niveau d’un jeu vidéo… Cela ne fait qu’une minute et je suis déjà conquis ! Ce drone est exceptionnellement manœuvrable, un petit bijou de technologie. En vol, il est particulièrement stable et cerise sur le gâteau pour un novice tel que moi, au moindre doute, lâcher les commandes met le Bebop en sécurité. Il se stabilise immédiatement et attends que vous repreniez les commandes.

Petit désagrément durant cette expérience unique, on perd de temps en temps les commandes sur la tablette. En effet, Free Flight 3 vous propose des commandes qu’il faut « tirer » ou « pousser » en glissant votre doigt sur l’écran tactile de la tablette mais si vous « n’entraînez » pas les commandes à partir de leur position initiale (centre de la tablette), il arrive que vous n’ayez pas les commandes en main. Il faut, après s’en être rendu compte, revenir chercher la commande avec le pouce.
Mais le Bebop est tellement stable que cela ne pose pas un vrai problème.
De plus, l’entrainement évitera ces désagréments.

La retransmission vidéo sur la tablette ne m’a pas du tout servi. Un temps de réponse est inévitable et rend difficile, en tout cas pour une débutant comme moi, les manœuvres si je ne garde pas le drone en vue. Il m’a aussi été difficile de repérer le devant de l’appareil lorsqu’il était à quelques dizaines de mètres de moi mais la stabilité du Bebop permet de rentrer à bon port mais là encore, je pense que c’est une question d’entrainement. Je n’ai pas encore les bons réflexes.

bebop3

Je continue à m’amuser durant une dizaine de minutes. J’effectue tout aussi simplement des vols en rase-motte, j’arrive à suivre des reliefs à basse altitude et je fais tourner le drone autour de moi, caméra pointée vers moi sans aucune difficulté. Pour un néophyte comme moi, l’atterrissage est anxiogène (et si je l’abîmais ?) mais je l’ai fait atterrir sans problème, il suffit d’appuyer sur l’icône « Landing » (atterrissage) et le drone se pose.

A ce moment là, une seule idée me viens en tête, changer de batterie et recommencer ;p

Test avec tablette et joystick

J’ai participé à une autre session de vol, cette fois nous avions avec nous une console Android équipée de joysticks et le Skycontroler de Bebop. Le vol à l’aide de la « console » se rapproche vraiment de celui avec une tablette mais la présence des joysticks résout le problème de perte de commande et améliore même l’expérience de pilotage. Par contre, la tablette est plus petite et donc la retransmission aussi mais je m’en suis si peu servi que cela ne m’a pas trop dérangé.

bebop2

Test avec le Skycontroller

Passons au Skycontroler… Au premier abord, il parait vraiment imposant, j’ai eu peur aussi de son poids (une tablette doit être incorporée au cœur de celle-ci). Mais grâce à la dragonne, cela ne semble pas si lourd et la position des mains est plutôt agréable. Avec le Skycontroler, le drone me semble plus nerveux. L’expérience de pilotage est encore améliorée par rapport à la console Android. Je n’ai pas eu, avec le Skycontroler, les difficultés que j’ai d’habitude avec les autres radiocommandes (par ex. le contrôle des gaz). Point important, la portée est nettement améliorée ! On peut envoyer le Bebop à perte de vue. Enfin, encore une fois, la tablette en elle même ne m’a pas servie, j’ai piloté à vue.

Conclusion

Vous l’aurez compris, le drone Bebop de Parrot m’a vraiment séduit. Le Skycontroler ne me semble pas obligatoire pour démarrer mais avant de vous décider, prenez en compte qu’il ne se vend actuellement pas seul et vous pourriez être vite limité en terme de portée. La prise en main du Bebop est intuitive, il est stable en vol, ses aides au pilotage (décollage et atterrissage) et surtout sa capacité à s’immobiliser en vol si il ne reçoit plus de commande en font un drone totalement adapté au débutant que je suis. Je suis persuadé qu’un enfant de 6 ans ou moins pourrait le piloter aussi bien que moi 🙂 Le Bebop n’en reste pas moins un drone pouvant intéresser les plus chevronnés d’entre vous. Par exemple, il offre des possibilités de prise de vues exceptionnelles. De plus, j’ai pu constater qu’entre d’autres mains, le Bebop avait tout d’un grand : puissance, nervosité, manœuvrabilité, autonomie et qu’il ne laissait pas de marbre mes instructeurs de pilotage de drones. Pour moi c’est LE drone à mettre entre toutes les mains !

IMG_2014

 

Vous pouvez trouver le Bebop avec le Skycontroller pour un peu moins de 900€ :
Voir le Bebop sur Amazon

 

3 COMMENTS

  1. Bonjour,

    Je te remercie énormément pour tes commentaires sur ce blog ! Je suis également un néophyte en matière de drone. Par contre je m’y intéresse depuis longtemps et je commence à rechercher activement le type de drone qui me conviendrait. Avec les recherches, j’avais premièrement vu l’AR Drone 2.0 mais par la suite je suis tombé sur le Bebop dont je suis vite accroché. Par contre, je voulais débuter graduellement en me procurant le Bebop seul au départ et plus tard j’irai me chercher le Skycontroller, mais en sachant que celui-ci ne se vend pas séparément, ce que je trouve complètement stupide…., je devrai attendre ou tenté de trouver quelqu’un qui a un kit usagé à vendre car je ne veux pas dépenser une telle somme au départ en tant qu’amateur. Merci encore. Si jamais quelqu’un a un kit usagé à vendre, me joindre à math_trudel@hotmail.com.

  2. Bonjour mon nom est louison. J’ai un be-bop 2 qui a un problème: à des moments il ne veut pas descendre et la lumière clignote alors qu’il reste beaucoup de batterie . Un jour j’ai eu un scratch en appuyant sur le bouton take-off :les moteur se sont éteint en vol alors qu’il restait encore beaucoup de batterie et avaient très très bonne conectivité . Je voudrais savoir ce qui cloche.

LEAVE A REPLY

X
- Entrez votre position -
- or -